Amnesty International y croit ; à condition de ne pas y voir des bouts de doigts coupés, le message est limpide